L’objectif de cet enseignement est de connaitre les principaux évènements stratigraphiques,
paléogéographiques et tectoniques qui ont marqué le passé de la Terre avec des réferences
spécialement à l’Algérie.

L’objectif de cet enseignement est de connaitre les principaux évènements stratigraphiques,
paléogéographiques et tectoniques qui ont marqué le passé de la Terre avec des références
spécialement à l’Algérie et pays maghrébins.

Tout est projet, et nous avons tous besoin de méthode. Voir, juger et  agir.  Analyser,  planifier  et  contrôler.  Ce  que  nous  appelons  la gestion de projet pourrait n'être qu'une collection de recettes variées adaptées à de multiples situations. Il est vrai que selon les métiers et les contextes, on qualifie de projet des objets qui n'ont souvent rien en commun  :  la  construction  d'une  usine,  le  lancement  d'un  nouveau produit, la conception d'un logiciel, des choix politiques ou sociaux...  Pourtant, notre esprit retrouve des modèles théoriques et des méthodes  d'organisation qui permettent d'utiliser des outils communs pour gérer ces  projets  dont  la  difficulté  réside  en  grande  partie  dans  la multiplicité  des  acteurs  qu'il  mobilise

L’objectif de cet enseignement est de connaitre les principaux
évènements stratigraphiques, paléogéographiques et tectoniques qui ont marqué le passé de la
Terre avec des références spécialement à l’Algérie.

Résumé 

   L'étude des environnements sédimentaires se fonde sur l'identification de l’enchaînement vertical et la répartition spatio-temporelle des faciès. En revanche l'étude faciologique demeure dans certains cas insuffisante à l'identifications des processus et de conditions de dépôts. Dans ce cas l'étude des micro-faciès notamment dans les faciès carbonatées demeure un outil indispensable à l'interprétation des processus, des conditions paléoenvironnementales et le traçage d’évolution diagénitique du faciès.
  

Une étude microbiologique se faire couramment par un microscope polarisé sur des lames minces (thin section) préparées antérieurement. Dans cette section l’enchaînement méthodologique sera comme suit :

- classification des roches sédimentaires 

- les différents types des roches carbonatées

- les différents constituants sous microscope : Allochemes, ciments, les minéraux ....

- classifications de DUNHAM et du FOLK.( nomenclature des micro-faciès)

- Interprétation environnementale.



 


La Terre a commencé à se former il y a 4,57 milliards d'années par le collage et l'agrégation de minuscules grains solides au sein de la nébuleuse solaire. L'agglomération de ces grains aboutit à la formation de planétésimaux de quelques kilomètres de diamètre. Des protoplanètes de plusieurs centaines de kilomètres de diamètre se forment par le collage de ces planétésimaux. La Terre résulterait du choc et du collage d'une dizaine de protoplanètes de la taille de Mars ou de la Lune et a atteint sa taille actuelle il y a environ 4,45 milliards d'années, soit 100 millions d'années après le début de la phase d'accrétion. La chaleur dégagée lors de chocs violents que connaît la Terre lors de la phase finale d'accrétion et celle due à la désintégration d'éléments radioactifs fait fondre les roches terrestres et un océan de magma apparaît. Dans ces matériaux en fusion, les éléments les plus denses (fer et nickel) migrent vers le centre de la Terre et forment un noyau métallique. Le reste de la Terre se différencie en un manteau silicaté et une croûte superficielle de nature basaltique. C'est le processus de différenciation. Lors de la phase terminale d'accrétion, des chocs violents se produisent entre protoplanètes et planètes en formation. Quand la Terre avait atteint 80 % de sa taille actuelle, une protoplanète de la taille de Mars l'a percutée et les débris qui se sont mis en orbite autour de la Terre se sont agrégés pour former la Lune. Cet impact aurait eu lieu autour de 50 millions d'années après la formation de la Terre.